Coup de théâtre

En rentrant d’une soirée arrosée entre amis, Éric et Natasha, un jeune couple qui avait emménagé récemment dans le quartier, eut la désagréable surprise de voir que leur Mercedes gris métallisé flambant neuve avait été dérobée.

-Ma caisse, nom de dieu, s’écria Éric.

Naturellement furieux, ils appelèrent la police pour rapporter le vol et partirent même à la recherche du véhicule avec leur seconde voiture, une vieille guimbarde qui avait appartenu à la grand-mère de Natasha. Ils passèrent le quartier au peigne fin, se mirent même à espérer avoir garé la Mercedes ailleurs, en vain.

Leur battue ne donnant rien, ils retournèrent se coucher, tristes et épuisés.

-J’irai déposer une main courante demain au commissariat, murmura Natasha en embrassant son mari.

-C’est quand même un comble. Il a fallu qu’on vienne s’installer à Chevreuse pour qu’il nous arrive un truc pareil. Toi qui voulais absolument quitter le dix-huitième que tu qualifiais de mal famé, grogna Éric.

Natasha s’emporta.

-C’est ma faute maintenant ! Habiter près de la colline du crack, c’est pas un endroit pour élever des enfants.

-On n’a pas d’enfants !

-Et on n’est pas près d’en avoir si tu continues comme ça !

Agacée, Natasha tira la couette du lit, attrapa son oreiller et partit dormir sur le canapé.

Le lendemain, à leur stupéfaction, ils retrouvèrent leur Mercedes sur le perron, avec une note sur le pare-brise. Celle-ci présentait les excuses des ravisseurs : la voiture avait été empruntée pour une urgence et, pour dédommager le couple, ils avaient inclus dans l’enveloppe deux places de théâtre très chères.

Le couple, un peu déconcerté mais soulagé de retrouver sa chère voiture, considéra l’incident comme étrange mais somme toute bénin.

Éric, pour se faire pardonner sa mauvaise humeur de la veille, embrassa sa femme qui, heureuse, sauta au cou de son mari. Il la souleva dans ses bras musclés et la jeta sur le canapé. Ils firent l’amour comme il ne l’avaient pas fait depuis plusieurs mois, avec fougue. Natasha rêvait de la soirée d’exception au théâtre de la Reine à Versailles et de la belle robe qu’elle porterait pour l’occasion. Éric, qui avait cru devoir faire une croix sur sa voiture, avait l’impression d’avoir gagné au loto. Cet incident avait ravivé la passion un peu ternie par les tracas de la vie quotidienne.

Pourtant, quelques semaines plus tard, après avoir assisté à l’avant-première des Fourberies de Scapin, avec Gad Elmaleh dans le rôle de Scapin, et Fabrice Luchini dans le rôle d’Argante, ils rentrèrent de la pièce de théâtre.  Natasha, toute éblouie par sa soirée avait encore des étoiles dans les yeux.

-Il est toujours beau, Gad, tu trouves pas ? Il ne vieillit pas !

-Bof, je trouve qu’il en fait un peu trop, répondit Éric. Enfin, la nuit est encore jeune, je connais un petit bar à cocktails dans le coin, ça te dit ?

Pour toute réponse, Natasha prit son homme par le bras.

Le couple s’installa en terrasse, et Natasha, se mit à parler de la pièce et du château tout en sirotant sa Margarita. Éric la regardait en silence, acquiesçait de temps en temps pour faire croire qu’il l’écoutait mais se laissait juste bercer par la musique trop forte. Il étendit les jambes et alluma une cigarette. Il savait que quand Natasha était joyeuse elle devenait une vraie pipelette. Ses monologues ne l’intéressaient que peu, mais elle était vraiment resplendissante dans sa petite robe noire, avec ses cheveux auburn qui tombaient en vagues sur ses épaules nues.

Ils rentrèrent, plus amoureux que jamais, pensant qu’une simple pièce de théâtre valait toutes les thérapies de couple du monde. Éric était sur le point de bénir les mystérieux inconnus qui avaient emprunté leur voiture et offert les billets en dédommagement.  Des Arsène Lupin des temps modernes, sans doute.

Arrivés chez eux, ce fut la douche froide.  Ils trouvèrent leur maison entièrement dévalisée, ainsi qu’un mot accroché à la porte qui disait : « Nous espérons que vous avez aimé la pièce. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *